Partager cette page

Et le buisson devint cendre

Auteur(s) : Manès Sperber

Collection : Bibliothèque

  • Date de parution : 17/09/2008
  • Nombre de page : 848 pages
  • Format : 145 x 220 mm
  • ISBN : 9782738121882

Acclamé dès la publication du premier tome en 1948, traduit dans le monde entier, Et le buisson devint cendre est l’une des œuvres romanesques majeures du XXe siècle, racontant le destin d’hommes et de femmes d’exception, épris de justice, de liberté et de morale qui, dans l’entre-deux-guerres, virent se refermer sur eux, pour les broyer, les mâchoires du nazisme aussi bien que celles du stalinisme.

Témoignage sur l’une des périodes les plus noires de l’histoire de l’humanité, mais aussi grand roman philosophique dont chaque personnage s’efforce de concilier ses impératifs moraux et ceux de l’action, c’est une épopée dont la politique n’est que la matière première, et ses effets sur l’âme troublée des hommes le véritable sujet.

Voici reprise l’édition de référence en un seul volume de la trilogie romanesque de cet auteur à redécouvrir, un ouvrage que Malraux qualifiait de « livre des vérités meurtrières ».

Manès Sperber (1905-1984) est l’un des grands témoins du XXe siècle. Né dans un shtetl de Galicie, disciple d’Adler, membre du Parti communiste allemand, il est chassé par le nazisme en 1933 et rompt avec le communisme en 1937, lors des procès de Moscou. Ami de Malraux, de Camus, de Koestler ou encore d’Aron, il se fixe à Paris après la guerre.

Éditeur, il introduit en France Hermann Hesse et Patricia Highsmith. Il a notamment publié Les Visages de l’Histoire et Être juif.

Mots clés : stalinisme, nazisme, roman

À découvrir sur le même thème