Odile Jacob publie

Marie Desplechin

La Classe

Les textes qui forment ce livre font entendre la voix de gens dont on parle beaucoup mais qu’on entend peu : les adolescents d’un collège dit des quartiers. Ce qu’ils racontent interroge directement
le monde dans lequel nous vivons et celui qui se dessine.

« Il ne faut pas s’attendre à y trouver des vérités générales, psychologiques ou sociologiques, mais les impressions qu’on en retire nous font plus avertis. On reste touché, et parfois ébahi, par ce qu’il y a d’énergie et de désir, mais aussi de fracture et de fragilité, chez ces jeunes de 14 à 16 ans. Leurs histoires n’ont rien de spectaculaire, et c’est dans leur banalité que réside leur qualité », dit Marie Desplechin de ces « autoportraits à deux », écrits par les étudiants de Sciences Po Lille avec des élèves de troisième du collège Paul-Verlaine, à Lille.

Dans une préface qui parle d’école, de jeunesse et d’écriture, elle raconte l’histoire de l’atelier qu’elle a piloté.

Un témoignage sur l’adolescence, en équilibre sur le fil qui sépare le témoignage de l’entreprise littéraire.


Née à Roubaix, Marie Desplechin a publié une quarantaine d’ouvrages pour enfants ou pour adultes. Elle a obtenu le prix Médicis essais en 2005 pour La Vie sauve, écrit avec Lydie Violet, et, en 2011, le prix de l’Héroïne Madame Figaro pour Danbé, écrit avec Aya Cissoko.