Odile Jacob publie

Bernard Gibello

Pensée, Mémoire, Folie Réflexions d’un clinicien

Longtemps, la folie n’a pas été reconnue comme une maladie. Actuellement, la psychiatrie occupe encore une place à part dans la médecine. À partir du XIXe siècle, la méthode clinique a permis des descriptions extrêmement précises de la plupart des maladies mentales, mais, contrairement aux autres maladies, la clinique ne permettait pas de remonter à l’étiologie.

De nombreuses formes de psychopathologie ont été proposées, mais aucune n’a une valeur générale qui puisse s’appliquer à toutes les folies. L’expérience clinique et la réflexion montrent que la pathologie mentale ne se comprend pas selon une seule perspective, mais à partir d’une multitude d’influences et de découvertes, datant pour la plupart du XXe siècle. Chacune a éclairé une partie des mystères de la pensée folle et de la construction de la pensée saine.

Qu’est-ce qui forme la pensée et explique son dysfonctionnement ? Le professeur Bernard Gibello reprend plus de deux siècles et plus de débats, tenant compte des apports récents.

Bernard Gibello est professeur émérite de psychopathologie à l’université Paris-Ouest et président de l’Association française de psychiatrie.