Odile Jacob publie

Philippe Meyer

Mémoires pour demain Un médecin français sur le chemin de Genshagen

La haine a séparé pendant des siècles l’Allemagne et la France. Elle fut exacerbée par le régime nazi. Philippe Meyer en a personnellement souffert. Il a perdu ses grands-parents à Auschwitz. Sa famille, d’origine juive et alsacienne, a en outre subi les affres de la Résistance.

Et pourtant !

Ce grand médecin et homme de science confie son admiration pour l’Allemagne et sa foi en l’Europe.

Une intense collaboration scientifique, médicale et culturelle avec l’Allemagne contemporaine lui a fait percevoir la nécessité d’un rapprochement encore plus étroit entre les deux pays.

Ayant œuvré aux travaux de la Fondation Genshagen aux côtés des artisans de la réconciliation franco-allemande, Philippe Meyer a pris conscience de la richesse foisonnante d’une civilisation trop souvent réduite à des idées reçues. C’est de cet émerveillement que ce livre témoigne.

Au gré de ses promenades et de ses rencontres dans l’Allemagne tout à la fois balbutiante et audacieuse de la Wiedervereinigung, l’auteur nous invite aussi à découvrir la « grâce d’un peuple », à la suite de Mme de Staël, Heinrich Heine, Albert Schweitzer, Stefan Zweig ou Romain Rolland.

Cet itinéraire allemand au cœur de l’Europe est dédié à la mémoire de Simone Veil.


Médecin, membre correspondant de l’Académie des sciences, Philippe Meyer (1933-2020) a été professeur à l’hôpital Necker à Paris et à l’hôpital de la Charité à Berlin.