Odile Jacob publie

Dominique Rousseau

Le Consulat Sarkozy

En 2007, Nicolas Sarkozy annonçait la « rupture ». De fait, la Ve République semble avoir explosé : désormais, le président gouverne, le président légifère, le président juge. La séparation des pouvoirs ne serait plus qu’un leurre ; la démocratie serait en lambeaux !

Dérive autoritaire ou simple façade ? Nicolas Sarkozy voulait être seul souverain, mais le Premier ministre s’impose à lui, son parti doute et le parlementarisme revient. Plutôt qu’une « hyperprésidence », c’est le « bal des hyper ». Il voulait réduire la justice à un pouvoir nul, mais le Conseil constitutionnel a imposé la puissance des droits et libertés garantis par la Constitution. Ainsi va la Ve République sous Nicolas Sarkozy. Dans toutes les directions !

Pour Dominique Rousseau, « il voulait refonder le modèle politique français ; à l’arrivée, en 2012, il a seulement bricolé l’ancien monde. L’expérience Sarkozy est un échec politique.
La France se cherche toujours un président et il reste encore à inventer les institutions formant la démocratie des citoyens ».

Le bilan politique et institutionnel du quinquennat.

Dominique Rousseau est professeur de droit constitutionnel à l’université Paris-I. Il a été membre du Conseil supérieur de la magistrature.