Odile Jacob publie

Stuart Firestein

Les Continents de l’ignorance Traduit de l'anglais (États-Unis) par Sylvie Kleiman-Lafon.

La connaissance scientifique procède-t-elle vraiment d’une méthode sûre, progressive, rigoureuse ? N’avance-t-elle pas, bien plus qu’on le croit, par essais et erreurs, par tâtonnements ? C’est le fait de buter sur des questions épineuses et des données inexplicables qui motive les chercheurs à pousser plus loin leur travail.

On réfléchit beaucoup à ce qu’est la connaissance, mais l’ignorance compte tout autant. Elle est même le moteur de la science.

Stuart Firestein décrit ici comment les scientifiques se servent de l’ignorance pour programmer leur travail, pour identifier ce qu’ils doivent atteindre, les étapes à suivre et où concentrer leurs efforts. À travers des exemples empruntés à la psychologie cognitive, à la physique théorique, à l’astronomie et aux neurosciences, il illustre ce qu’est la pratique quasi quotidienne de l’ignorance dans les laboratoires et l’esprit des scientifiques.

Brillant et drôle, ce petit livre accessible à tous montre vraiment comment on fait de la science et à quel point elle reste aujourd’hui encore une aventure pleine de surprises.

Stuart Firestein enseigne les neurosciences et dirige le département de biologie de l’Université Columbia. Il est membre de l’Association américaine pour l’avancement des sciences.