Odile Jacob publie

Jean-Philippe Wolf

Espoirs et limites de l’Assistance Médicale à la Procréation Prendre soin de l’enfant à naître

Désirer un enfant est la chose la plus compréhensible et partagée au monde. Mais est-il possible de tout faire pour atteindre ce but sans envisager les conséquences ? La levée de l’anonymat des donneurs réclamée par de jeunes adultes issus d’insémination avec donneur doit nous amener à réfléchir. Ce que l’on peut envisager pour soi est-il une solution à l’échelon d’une société ?

Un médecin de la reproduction, à la pointe des techniques d’assistance médicale à la procréation, témoigne de la diversité des cas d’infertilité et des réponses médicales possibles.

En revenant à la réalité de ce que vivent les patients, de leurs histoires, de leurs souffrances, le professeur Wolf apporte des éléments de réflexion concrets. Quelles sont les suites insoupçonnées des nouvelles techniques : vitrification des ovocytes, don de gamètes et tourisme procréatif, gestation pour autrui ? Faut-il tout faire et tout permettre dès lors que c’est techniquement possible ?

Des réponses raisonnables aux délicates questions que pose le désir d’enfant.

Le professeur Jean-Philippe Wolf est biologiste de la reproduction mais également gynécologue-obstétricien de formation. Après une thèse de sciences aux États-Unis, il a réalisé en France les premières micro-injections de spermatozoïdes dès 1990. Il dirige l’un des plus importants services d’assistance médicale à la procréation de l’assistance publique à l’hôpital Cochin à Paris et la première banque de sperme en France (Cécos) depuis 2007.