Odile Jacob publie

Bernard Ésambert

Pompidou, capitaine d'industries

Pas de « grand dessein » chez Georges Pompidou ? Rien n'est moins sûr. L'un des premiers, il pressentit que, dans le monde instable de cette fin de siècle, la force et le rayonnement d'un pays, ainsi que son équilibre social, trouveraient leur source dans la performance de son économie et de son industrie. Convaincu que la France ne pourrait tenir son rang que si elle modernisait et développait son outil industriel, il eut à cœur de mettre en application cette idée force dont dépendait la situation de l'emploi, du franc, du commerce extérieur. Ce sont ces « années Pompidou », décisives pour la modernisation de la France, que raconte Bernard Esambert, qui fut l'un de ses collaborateurs à l'Élysée.