Odile Jacob publie

Arlette Farge

Effusions et tourments, le récit des corps Histoire du peuple au XVIIIe siècle

« C’est le souffle des corps anonymes et peu aisés du XVIIIe siècle qui sera retranscrit ici. Là frissonne quelque chose. Le corps des précaires possède une présence et une actualité qui en disent long sur la vie d’autrefois. Tenter l’approche historique et politique de cette partie matérielle des êtres animés confirme au corps son infinie noblesse, sa capacité à créer avec l’histoire et malgré elle. Cela coûte des rires et des cris, des gestes et des amours, du sang et des chagrins, de la fatigue aussi. Le corps, son histoire et l’histoire ne font qu’un. » A. F.

Se fondant notamment sur les archives de police du XVIIIe siècle auxquelles mieux que personne elle sait rendre vie, Arlette Farge donne voix aux attitudes et aux gestes, aux paroles, aux émotions que trahissent les menus incidents de rue. Tel un peintre, elle reconstitue un tableau des petites gens de Paris qui ouvre sur une histoire du peuple en chair et en os.

Auteur notamment de La Plus Belle Histoire du bonheur, du tome 3 de l’Histoire des femmes ou encore du Goût de l’archive, l’historienne Arlette Farge est directrice de recherche au CNRS. Elle enseigne à l’École des hautes études en sciences sociales.