Odile Jacob publie

Giulia Sissa

Sexe et Sensualité La culture érotique des Anciens

 « Oui, les Anciens étaient sensuels. Autant que nous, autrement que nous. D’abord à Athènes et ensuite à Rome éclôt une véritable culture érotique qui réunit l’art d’aimer, la recherche du plaisir, la civilité du désir, l’amour homosexuel, l’ironie phallique et l’importance exemplaire du féminin. Tantôt idéalisé dans une distance infranchissable, tantôt pillé hors contexte, le monde classique reste mal connu. Il nous faut refaire le voyage à Cythère avec un bon guide amoureux. Le voici. » G. S.

Sur le désir et le plaisir, la différence des sexes et la fluidité des genres, la discipline sentimentale et le savoir-faire voluptueux, les Anciens ont encore tant à nous apprendre ! Où mieux que dans l’Ithaque de Pénélope, la salle de banquet platonicienne et la Rome d’Ovide pourrait-on être initié de façon aussi magistrale à toutes ces stratégies d’enchantement qui transforment le sexe en sensualité ?

Pour un nouvel art d’aimer, plus libre, plus inventif, plus complice, plus raffiné, qui, comme en Grèce et à Rome, fait la part belle aux sens et aux corps désirants, sans figer de manière rigide les rôles, les genres et les identités.

Giulia Sissa est professeur de théorie politique et de civilisations de l’Antiquité à UCLA, en Californie. Chercheuse au CNRS, elle a notamment publié Le Plaisir et le Mal. Philosophie de la drogue et L’Âme est un corps de femme.