Odile Jacob publie

Manès Sperber

Les Visages de l'histoire Traduit de l’allemand par Olivier Mannoni.

Socrate, De Gaulle, Lénine, T.E. Lawrence, Lee Harvey Oswald, l’étonnant Willi Müzenberg : des hommes qui ont tenté de maîtriser le cours du destin, par la pensée et par l’action, par la parole et par la force. Des hommes en quête d’un rôle dans l’Histoire, et auxquels la légende a laissé une place autre que celle qu’ils avaient désirée. Des hommes dont la réussite a presque toujours été un échec, que leur propre pouvoir a d’abord portés, puis emportés.

Manès Sperber, incomparable connaisseur de l’âme humaine, humaniste épris des hommes et moraliste en quête de vérité, déploie ici tous ses talents de narrateur, d’essayiste et de psychologue pour distinguer à travers ses biographies paradoxales, entre l’Histoire et la légende, entre l’individu et sa statue, la distance qui sépare ce que les hommes sont de ce qu’ils font.

Pour saluer la réédition de Et le buisson devint cendre, un recueil d'essais inédits, où l'on retrouve la même interrogation fondamentale sur la place de l'individu dans l'Histoire.

Romancier, essayiste, psychologue, Manès Sperber (1905-1984) reste l'un des grands témoins de notre siècle.