Odile Jacob publie

Claude Olievenstein

Écrit sur la bouche

« Elle est belle, la bouche. Tout commence par elle, du premier cri à la première tétée, du premier baiser d'amour au dernier baiser d'adieu. Il est possible de n'y voir qu'un trou obscur ou une machine dévorante. La chose devient plus difficile quand, de la labiale à la brève, elle s'articule en instrument à langage ou à musique. Dès lors se trouvent posées de nouvelles questions, notamment de ses rapports avec les systèmes cérébraux.» Claude Olievenstein