Odile Jacob publie

John Scheid, Alain Prochiantz

Lumière, Lumières Colloque de rentrée du Collège de France

Depuis la nuit des temps, la lumière a fasciné et inquiété les hommes. Dans l’Antiquité, les cultes solaires étaient importants, et les historiens des religions du XIXe siècle leur ont donné une plus grande importance encore, au point de vouloir comprendre toutes les divinités antiques comme des métaphores du Soleil. Très tôt, les hommes ont tenté d’expliquer les manifestations de la lumière, en particulier par la pratique de l’astronomie, et proposé des théories diverses qui ont abouti non seulement à des cosmologies, mais aussi à la physique et à ses innombrables applications. Ainsi, qu’elle soit un phénomène visible ou un rayonnement électromagnétique invisible, la lumière entre en jeu dans un grand nombre de technologies modernes.

À côté de ces développements scientifiques, les penseurs européens du XVIIIe siècle ont recouru à la métaphore de la lumière pour définir une démarche intellectuelle ayant pour fin d’éclairer les esprits (Lumières, Enlightenment, Aufklärung), alors que la création artistique n’a cessé de mettre en œuvre la lumière ou l’obscurité dans la représentation ou la transfiguration de la réalité.

Cet ouvrage regroupe les contributions du colloque tenu au Collège de France à l’automne 2015.

John Scheid est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Religion, institutions et société de la Rome antique (2002-2016).

Introduction d’Alain Prochiantz, administrateur du Collège de France, titulaire de la chaire des Processus morphogénétiques.

Avec les contributions de Dominique Charpin, Marc Fontecave, Serge Haroche, Pascale Hémery, Anne-Marie Lagrange, Alain de Libera, Jean-Noël Robert, Daniel Roche, José-Alain Sahel, Philippe Walter, Claire Wyart.