Odile Jacob publie

Serban Ionescu

Résiliences Ressemblances dans la diversité Préface de David Alexander et postface de Boris Cyrulnik

Au cours des siècles, le mot résilience a franchi les frontières de la langue de tous les jours et est entré progressivement dans le vocabulaire de domaines très différents. Si son emploi en psychologie est relativement bien connu du public, le fait que de nombreux autres spécialistes l’aient adopté reste ignoré.

Le grand pouvoir de pénétration du mot résilience intrigue et soulève des questions. Pourquoi la métaphore du « rebondissement » intéresse-t-elle, attire-t-elle tant ? Pourquoi arrive-t-elle à se nicher dans des champs épistémiques très différents ? Qu’apporte-t-elle aux chercheurs et aux praticiens œuvrant dans les champs où elle a été adoptée ?

Quatorze universitaires et praticiens de sept pays répondent à ces questions et présentent dans cet ouvrage l’apport du concept de résilience dans plusieurs domaines : psychologie et psychiatrie, socioécologie, travail social, réadaptation, éducation, organisation des systèmes, science des matériaux, économie, culture, droit et relations internationales. Ainsi conçu, Résiliences est le premier ouvrage de ce type au plan international.

Serban Ionescu est psychiatre et psychologue clinicien. Il est professeur émérite à l’université Paris-VIII et à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Contributions de David Alexander, Marc Blétry (Paris), Philippe Bourbeau (Cambridge), Évelyne Bouteyre (Aix-Marseille), Lino Briguglio (Malte), Boris Cyrulnik, Didier Genin (Aix-Marseille), Colette Jourdan-Ionescu (Trois-Rivières et Laval), Francine Julien-Gauthier (Laval et Trois-Rivières), Guy Koninckx (Bruxelles), Hubert Mazurek (Aix-Marseille), Bernard Michallet (Trois-Rivières), Gilles Teneau (Nantes), Mihaela Tomita (Timisoara) et Adrian Van Breda (Johannesburg).