Odile Jacob publie

Antoine Garapon

La Raison du moindre État Le néolibéralisme et la justice

Maîtrise des coûts, indicateurs de performance, rémunération des juges indexée au mérite, généralisation du traitement en temps réel des affaires pénales, introduction du plaider coupable à la française, généralisation de la transaction, rétention de sûreté, jugement des malades mentaux, etc. : ces innovations n’ont rien d’une lubie autoritaire ou d’une mode passagère. Elles marquent l’avènement d’un nouveau modèle de justice : la justice néolibérale.

Cette évolution doit-elle être diabolisée ?

Déchiffrant la cohérence de ce nouveau modèle, Antoine Garapon propose une analyse en profondeur de cette évolution qui affecte toutes les institutions publiques (l’Université, la recherche, la santé, la psychiatrie entre autres). Si elle connaît un tel succès, c’est qu’elle repose sur un consensus bien plus profond qu’on ne le croit et traduit une conception de la liberté qui nous permet de gérer nos vies et donc d’être modernes sans nous embarrasser des difficultés de la démocratie.

Dès lors, face au néolibéralisme, que faire ? Comment sortir de la simple protestation ?

Auteur notamment du Gardien des promesses et de Bien juger, membre du comité de rédaction de la revue Esprit, Antoine Garapon dirige l’Institut des hautes études sur la justice (IHEJ).